Le Fil Actu - VIRUS - 562 morts en France ce soir et 14.459 cas - "La situation va encore s'aggraver... Il n'y avait aucun masque FFP2 en stock au début de la crise" - Près de 800 morts en 24h en Italie : C'est du jamais vu ! - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Le Fil Actu - VIRUS - 562 morts en France ce soir et 14.459 cas - "La situation va encore s'aggraver... Il n'y avait aucun masque FFP2 en stock au début de la crise" - Près de 800 morts en 24h en Italie : C'est du jamais vu !

Le Fil Actu - VIRUS - 562 morts en France ce soir et 14.459 cas - "La situation va encore s'aggraver... Il n'y avait aucun masque FFP2 en stock au début de la crise" - Près de 800 morts en 24h en Italie : C'est du jamais vu !

19h37: La région allemande de Bade Wurtemberg, frontalière de la France, offre d'accueillir 12 patients français en besoin d'assistance respiratoire. Trois cantons suisses ont ouvert de leur côté six lits, a annoncé le conseil départemental du Haut-Rhin, l'un des départements français les plus touchés par le Covid-19.

19h13: 562 morts en France (+112 décès en 24h) et 14.459 contaminations (+1.847).

18h59: Au total, 12 592 morts ont été recensés à travers le monde, selon un comptage établi par l'AFP samedi après-midi, à partir de données officielles. Le Covid-19 a provoqué la mort de 7 199 personnes en Europe et tué 3 459 personnes en Asie. L'Italie, avec 4 825 morts, est désormais le pays le plus touché devant la Chine (3 255), foyer initial de la pandémie, et l'Iran (1 556 morts).

18h17: Jamais il n'y a eu autant de morts en Italie en 24h : 793 victimes depuis hier selon le bilan qui vient tout juste d'être publié.

L'Italie a enregistré samedi 21 mars un nouveau record de décès en 24 heures, avec 793 morts, ce qui porte le bilan à 4.825 personnes tuées par la pandémie de coronavirus dans la péninsule en un mois, selon les chiffres de la protection civile. Les autorités italiennes ont annoncé 6557 nouveaux cas positifs, un autre record inquiétant. La région de Milan, la Lombardie (nord), où les services de santé sont débordés, a enregistré la grande majorité des décès (546) et la moitié des nouveaux cas.

18h17: Jamais il n'y a eu autant de morts en Italie en 24h : 793 victimes depuis hier selon le bilan qui vient tout juste d'être publié.

16h08: Olivier Véran, Ministre de la Santé :

"C'est une course de fond qui s'engage et il faudra être très patient et très solidaire. La situation va s'aggraver les premiers jours avant que le confinement ne face effet. Nous sommes loin d'être isolé dans la stratégie. C'est la quasi totalité des pays européens qui a adopté cette mesure. Nous faisons ni plus, ni moins que les autres. Le confinement c'est la clef. L'union nationale est indispensable. Le confinement généralisé, appliqué partout avec rigueur, avec détermination, c'est la clé. La clé pour vaincre l'épidémie, la clé pour donner du temps à nos soignants, pour sauver de nombreuses vies.

La polémique n'a pas sa place au vu du péril inédit. Je veux dire aux soignants que je partage leurs attentes et leur colère. Il sera temps le moment voulu de tirer les conséquences sur la préparation de notre pays. Il y avait une dizaine d'année 1 milliard de masques chirurgicaux et 600 millions de masques FFP2. Des stocks qui se sont réduit d'année en année. Quand l'épidémie s'est déclenchait il restait 150 millions de masques chirurgicaux et zéro de FFP2.

Nous avons signé plusieurs commandes pour 250 millions de masques qui seront livrés dans les prochaines semaines. Ma responsabilité de Ministre est de tout mettre en oeuvre pour s'inscrire dans la durée. J'ai fais un choix difficile et responsable en décidant d'octroyer les masques en priorité au professionnel de santé. 

Nos priorités restent les suivantes : Protéger les professionnels de santé / Protéger ceux qui interviennent auprès du personnel de santé. La distribution des masques est en cours et nous allons optimiser la distribution partout où c'est nécessaire. 

Plusieurs profession veulent du matériel de protection car elles sont en contact de la population. Je recevrai le conseil scientifique mardi pour en parler. Il y a transmission par les mains et les objets si vous ne vous lavez pas les mains. Les masques ne protègent pas de tout. Que toute personne qui a des masques les mette à la disposition des soignants car vous n'en avez pas besoin. 

Nous allons distribuer 18 masques par semaine pour les médecins de villes, pharmaciens...

Sur les tests j'entends aussi les questions et les attentes. Nous avons fait le choix d'un usage rationnel des tests en ne dépistant pas de façon systématique. Ils servent à contenir l'épidémie et non pas à la mesurer. Nous respectons les consignes internationales. Nous réservons les tests à des publics prioritaires. Chaque jour 4.000 tests sont effectués par jour. La France doit se préparer à faire évoluer la stratégie de dépistage pour pouvoir multiplier les tests pour le moment où nous allons lever le confinement. Nous espérons que la recherche nous permette de trouver un dépistage plus rapide et plus efficace.

C'est une épreuve sans précédent que nous devons affronter ensemble sans céder à la polémique et à la division. Soyons à la hauteur du défi qui se lève devant nous.

Le nombre réel de personnes touchées par le virus en France est entre "30 et 90.000 personnes"."

16h03: Le groupe de luxe LVMH a promis d'offrir dix millions de masques (dont trois millions de masques FFP2), d'une valeur de cinq millions d'euros. L'entreprise a "réussi à trouver un fournisseur industriel chinois capable de livrer dix millions de masques dans les prochains jours", est-il ainsi précisé dans un communiqué.

15h26: L'aéroport de Biarritz va fermer ses portes à l'activité commerciale à partir de lundi et "jusqu'à nouvel ordre". Le Syndicat mixte d'Aéroport de Biarritz-Pays Basque justifie sa décision par le fait "que le trafic journalier se limite désormais à quelques dizaines de voyageurs."

15h22: Un couvre-feu sera également instauré à Perpignan dès ce soir, entre 20 heures et 6 heures du matin, selon France 3 Occitanie. Le centre hospitalier de Perpignan rappelle à ses personnels qu'ils doivent impérativement être munis de leurs attestations pour se déplacer.

15h18: L'avion militaire qui est ce matin parti de Mulhouse avec six patients à bord vient d'atterrir à Bordeaux, indique l'Etat-Major des armées.

14h06: Le nouveau coronavirus a fait au moins 11.401 morts dans le monde depuis son apparition en décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles samedi à 11h00 GMT. Plus de 271.660 cas d'infection ont été détectés dans 164 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant désormais plus que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Depuis le comptage réalisé la veille à 19h00 GMT, 272 nouveaux décès et 12.725 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.

14h03: L'Union européenne valide le plan français garantissant 300 milliards de prêts aux entreprises.

La Commission européenne a validé le plan de la France visant à garantir à hauteur de 300 milliards d'euros les prêts accordés par les banques aux entreprises touchées par le coronavirus.

Ce soutien de l'Etat français est validé "en vertu du nouvel encadrement temporaire des aides d'État", qui assouplit les règles de l'Union Européenne en la matière afin de faire face aux conséquences économiques de l'épidémie, précise le communiqué.

13h29: L'Espagne a enregistré 1.326 décès dus au coronavirus, une hausse de 32% en un jour, a annoncé samedi le ministère de la Santé dans un communiqué. Le nombre de cas dans tout le pays a progressé de près de 25% depuis vendredi, passant de 19.980 à 24.926. La progression sur 24 heures de jeudi à vendredi avait été de 30% pour le nombre de morts et 16,5% pour celui des cas confirmés. La région de Madrid reste largement la plus affectée, avec 8.921 cas (près de 36% du total), devant la Catalogne (4.203), le Pays basque (1.725) et l'Andalousie (1.515).

12h01: Edouard Philippe a indiqué samedi que "40 prototypes" de masques étaient actuellement "en cours de test" afin d'augmenter les capacités de production, en pleine polémique sur les stocks et approvisionnements de ces protections contre le coronavirus. "Nous avons demandé au ministère de l’Economie et au ministère de la Défense de trouver des alternatives, soit pour démultiplier les chaînes de production, soit pour qualifier des alternatives, jetables ou réutilisables", a indiqué le Premier ministre lors d'une déclaration ouvrant l'examen du projet de loi d'urgence à l'Assemblée.

"40 prototypes sont en cours de tests, pour des masques chirurgicaux comme pour des FFP2" (offrant une meilleure protection, ndlr), a précisé M. Philippe. Alors que le ministre de la Santé Olivier Véran doit tenir samedi à 15H00 une conférence de presse sur la question de la disponibilité de ces masques, M. Philippe a défendu la gestion du gouvernement en la matière.

11h58: Le maire de Béziers Robert Ménard instaure à son tour, dès ce soir, un couvre-feu de 22 heures à 5 heures du matin

11h23: Dans une lettre ouverte au secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Djebbari, la fédération FO Transports et Logistique (troisième syndicat chez les routiers) appelle les salariés du secteur qui travaillent dans les transports non essentiels à faire usage de leur droit de retrait à partir de lundi.

10h42: La vie reprend à Wuhan, lentement. Les mesures de confinement prises dès le début de l'épidémie sont peu à peu levées, en raison de l'amélioration de la situation sanitaire.

09h50: Le médecin réanimateur Antoine Tesniere a été nommé ce matin "conseiller en charge du Covid-19" au cabinet du ministre des Solidarités et de la santé, selon un arrêté paru samedi au Journal officiel. Ce professeur de médecine et anesthésiste réanimateur à l’Hôpital européen Georges Pompidou (AP-HP), Antoine Tesniere avait déjà été chargé en 2018 par la ministre précédente Agnès Buzyn d'organiser une consultation sur la formation des professionnels de santé. Il a également été conseiller au ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, pilotant à partir de septembre 2017 le volet formation de la stratégie de transformation du système de santé.

09h48: Un deuxième avion affrété par l'armée vient de décoller pour évacuer des malades de Mulhouse.

09h37: Une file s'est formée devant un tabac de Nice, témoigne un internaute sur Twitter. Dans la ville, le couvre-feu est levé depuis 5 heures.

08h11: Les autorités australiennes ont fermé l'emblématique plage de Bondi à Sydney samedi après que des milliers de personnes s'y sont rassemblées ces derniers jours, défiant les ordres de distanciation sociale

07h52: Alors que le nombre de cas positifs au coronavirus explose aussi aux Etats-Unis, avoisinant les 20.000, les personnels de santé tirent la sonnette d'alarme. Médecins et infirmières disent manquer d'équipements de protection, comme les masques chirurgicaux, les blouses, les lunettes de protection ou encore les gants d'examen, rapporte CBS News.

07h00: Les autorités françaises sont déterminées à faire respecter, ce week-end, le confinement imposé pour freiner une épidémie de coronavirus qui a déjà tué 450 personnes dans le pays, le jugeant insuffisamment respecté. Les restrictions décrétées pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus seront appliquées "de façon plus stricte encore", a prévenu le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, avec des contrôles dans les gares (seulement 15% des trains grandes lignes circuleront) et les aéroports. Des amendes forfaitaires de 135 euros seront dressées en cas de "violation des interdictions de se déplacer hors de son domicile". Des personnes déjà verbalisées pour sorties non justifiées ont ainsi été placées en garde à vue pour "mise en danger de la vie d'autrui".

Le dispositif de l'opération Sentinelle de lutte contre le terrorisme va "monter en puissance" dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, a également déclaré vendredi M. Castaner. Hors de question de revoir les scènes du week-end précédent, avec l'affluence dans les rues piétonnes, les parcs, les forêts. Déjà, les fermetures de lieux emblématiques se sont multipliées, des quais de Seine à Paris à la promenade des Anglais à Nice, où un couvre-feu sera imposé dans les tout prochains jours, selon l'entourage du maire.

"Ne partez pas en week-end", insistait vendredi le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. Alors que l’épidémie pèse lourdement sur les services de santé, "vous risquez de transporter sans le savoir le virus des grandes villes vers les campagnes" ou d'arriver "dans une zone où il n'y a pas forcément d'infrastructures sanitaires capables de prendre en charge beaucoup de malades". La prolongation du confinement, décrété jusqu'à fin mars, "n'a pas été actée", selon Christophe Castaner. Mais tout laisse penser qu'elle le sera tôt ou tard, comme en Italie, qui enregistre le plus de décès au monde (plus de 4.000, devant la Chine).

Le confinement pourra cesser "quand le virus ne circulera plus", a jugé Olivier Véran, le ministre de la Santé, estimant le nombre de malades en France à 20.000. La majorité d'entre eux ne sont pas testés, donc pas détectés. L'épidémie avait causé vendredi la mort de 450 patients (78 supplémentaires en 24 heures) et entraîné l'hospitalisation de 5.226 malades, dont près de 1.300 en réanimation, selon le ministère de la Santé. Près de 1.600 patients ont quitté les hôpitaux, guéris.

"La moitié des patients en réanimation ont moins de 60 ans", a rappelé Jérôme Salomon, qui a prévenu, en écho à l'Organisation mondiale de la santé, que l'épidémie touche aussi des "adultes jeunes".

La région Nouvelle-Aquitaine devient la septième région la plus touchée – après le Grand Est, la Corse, l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône Alpes. "Face à l'urgence et à l'ampleur de l'épidémie", notamment en Ile-de-France, les hôpitaux de Paris (AP-HP) lancent un appel pressant aux "professionnels médicaux et paramédicaux disponibles dans les semaines à venir pour renforcer les équipes de ses 39 hôpitaux." "On attend la vague de patients graves en espérant que ce ne sera pas un tsunami", écrit le Dr Laurent Thines, neurologue du CHU de Besançon dans Mediapart.

Source JMM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article