Attentats 13 novembre : Le patron du restaurant Casa Nostra jugé pour avoir vendu la vidéo de l'attaque - Les Infos Videos
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Attentats 13 novembre : Le patron du restaurant Casa Nostra jugé pour avoir vendu la vidéo de l'attaque

Dimitri Mohamadi, suspecté d’avoir cédé au Daily Mail, un tabloïd britannique, des images de clients affolés durant l’attentat du 13 novembre 2015 à Paris est jugé ce mercredi devant le tribunal correctionnel.
 
Au lendemain des attaques terroristes du 13 novembre 2015 dans lesquelles 130 victimes ont perdu la vie, il se sentait « la personne la plus détestée de France ». Ce mercredi, Dimitri Mohamadi, le patron du restaurant Casa Nostra, un établissement de la rue de la Fontaine-au-Roi (Xe), qui avait essuyé les tirs des djihadistes, sera devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Suspecté d’avoir cédé au Daily Mail, un tabloïd britannique, des images de clients affolés durant l’attentat. La scène, glaçante, filmée à l’intérieur du restaurant où les clients paniqués plongent sous les tables alors que les vitres éclatent sous le feu des tirs de kalachnikov, ne dure que quatre petites minutes. Mais elle a fait le tour du monde, suscitant un tollé général.
 
Et rapidement la vague d’indignation se trouve décuplée par une « révélation », jetée sur la place publique : le gérant aurait monnayé 50 000 € la cession des images. Formel, un journaliste indépendant, affirme le 23 novembre 2015 sur le plateau du Petit Journal de Canal +, avoir assisté à la scabreuse transaction et livre quelques images tournées en caméra cachée. Des informations — farouchement niées par le prévenu — qui ont conduit la Ville de Paris à bloquer, pour Casa Nostra, l’aide financière dévolue aux gérants des 15 bars et restaurants attaqués par les terroristes. Avant que trois clients, qui se sont reconnus sur la bande ne déposent plainte, non sans avoir vainement tenté d’obtenir le retrait de la vidéo auprès du Daily Mail. Tous trois sont parties civiles au procès où Dimitri Mohamadi comparaîtra pour installation « sans autorisation un système de vidéoprotection » et « enregistrement et divulgation d’images », au côté de deux hommes parmi lesquels un hacker qui aurait permis de « craquer » le film avant la cession.
 
Une audience au cours de laquelle Me Jeffrey Schinazi, l’avocat du patron de Casa Nostra, compte « sortir de l’émotionnel, qui a tout phagocyté depuis le début dans l’affaire, regagner le terrain du droit et combattre la validité de la procédure qui a été dévoyée : alors que le parquet voulait une enquête sur une présomption d’atteinte à la vie privée, souligne-t-il, Dimitri Mohamadi est renvoyé devant le tribunal pour infraction au code de la sécurité intérieure. Aujourd’hui, il affirme toujours ne pas avoir participé à la transaction et dénonce une manipulation mais également le traitement médiatique dont il a fait l’objet : nous avons déposé plainte contre Bangumi, la société de production du Petit Journal, car tout a été monté par le journaliste qui est intervenu dans l’émission. L’affaire est toujours à l’instruction ». Ni les représentants du tabloïd britannique, ni le journaliste à l’origine des accusations contre Dimitri Mohamadi ne sont convoqués à l’audience correctionnelle. Le jugement devrait être mis en délibéré à l’issue des débats.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article