EN DIRECT - Affaire du petit Grégory : Jacqueline et Marcel Jacob mis en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort - Colère des avocats - Les Infos Videos
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

EN DIRECT - Affaire du petit Grégory : Jacqueline et Marcel Jacob mis en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort - Colère des avocats

18h20: L'avocat de Marcel Jacob, mis en examen avec son épouse Jacqueline pour l'enlèvement du petit Grégory, suivi de sa mort il y a 32 ans, a jugé vendredi "criminel de jeter en pâture le nom d'un couple".

"On n'a aucun élément matériel, rien" à leur encontre, "on a mis la charrue avant les boeufs", a dénoncé Me Stéphane Giuranna devant la presse, au sortir du palais de justice de Dijon, précisant qu'il allait rapidement demander "la nullité de la mise en examen" de son client qui aurait dû seulement être placé sous le statut de témoin assisté selon lui.

16h51: Jacqueline et Marcel Jacob ont nié les faits qui leurs sont reprochés mais ont été incarcérés provisoirement (Procureur).

Marcel et Jacqueline Jacob, grand-oncle et grand-tante de Grégory, cet enfant de 4 ans assassiné il y a 32 ans et retrouvé le 16 octobre 1984 dans la Vologne, ne présentent pas d'alibi "qui soit confirmé ou étayé", a annoncé le procureur général de Dijon.

"Il y a un débat (sur ce qu'ils faisaient le jour de la disparition), ils ne présentent pas en l'état d'alibi qui soit confirmé ou étayé", a assuré Jean-Jacques Bosc en conférence de presse.

Les personnes ayant enlevé le petit Grégory assassiné il y a 32 ans sont "les auteurs du crime", a estimé vendredi le procureur général de Dijon, Jean-Jacques Bosc, après la mise en examen du couple Jacob pour enlèvement, séquestration suivie de mort.

"A l'évidence Grégory a été enlevé du domicile de ses parents et retenu un certain temps jusqu'à sa mort", a déclaré le magistrat lors d'une conférence de presse, ajoutant que les personnes qui ont participé à cet enlèvement "sont les auteurs du crime". Marcel et Jacqueline Jacob ont tous les deux été écroués.

16h45: Marcel Jacob mis à son tour en examen  pour enlèvement et séquestration suivie de mort :

Le grand-oncle du petit Grégory, Marcel Jacob, a été inculpé vendredi pour enlèvement et séquestration suivie de mort, 32 ans après le meurtre de l'enfant retrouvé pieds et poings liés dans un cours d'eau, a appris l'AFP de sources proches du dossier. 

16h26:  Le grand-oncle de l'enfant, Marcel Jacob, est devant le juge depuis plus d'une heure.

14h28:  Jacqueline Jacob, la grand-tante, mise en examen pour enlèvement, séquestration suivie de mort.

13h15: Les enquêteurs ont saisi le testament de Marcel Jacob dans lequel il affirme ne pas être le meurtrier de Grégory (BFMTV).

12h39: Le parquet requiert la mise en examen du grand-oncle pour "séquestration".

07h45: Marcel et Jacqueline Jacob (Grand-oncle et Grand-tante) déférés au Parquet de Dijon.

Tous deux sauront dans la journée s'ils sont mis en examen. 

Mercredi, les gendarmes de la section de recherches de Dijon avaient placé en garde à vue Marcel Jacob, oncle maternel de Jean-Marie Villemin (le père de l'enfant assassiné), sa femme Jacqueline, ainsi qu'une belle-soeur du père, Ginette Villemin. Cette dernière a été remise en liberté jeudi en fin d'après-midi.

Tous sont restés mutiques face aux gendarmes qui tentent de percer le mystère de la mort du petit garçon.

 

Jeudi 15 juin

18h18: Ginette Villemin la belle-soeur de Jean-Marie Villemin a été remise en liberté (BFM TV).

15h53: Le procureur général de la cour d'appel de Dijon s'exprime :

Le procureur a rappelé les faits, survenus en octobre 1984.

"Le dossier a été rouvert le 3 décembre 2008, notamment au vu des progrès scientifiques."

"De nouvelles expertises en écriture ont été réalisées."

"Les analyses ADN n'ont pas donné" de résultats positifs.

"Plusieurs personnes ont à l'évidence participé au crime."

"Quelques jours avant le passage à l'acte, des repérages et surveillances ont été réalisés, opérés par un homme portant une moustache et quelques fois accompagné d'une femme."

Des expertises sur des lettres anonymes "confondantes" pour la grand-mère et la grand-tante.

"Les trois gardés à vue refusent de répondre aux questions."

"Le corbeau s'est exprimé par des lettres et par des appels téléphoniques. Des investigations devaient se faire."

"Des investigations vont se poursuivre."

"Je pense qu'on se rapproche de la vérité."

13h00: Jean-Jacques Bosc, procureur général de la cour d’appel de Dijon, dont la chambre de l’instruction est chargée du dossier, a prévu de tenir une conférence de presse jeudi à 16 heures.

12h15: Ces interpellations relancent une affaire des plus énigmatiques de l’histoire criminelle depuis la découverte du cadavre de Grégory Villemin, quatre ans, au soir du 16 octobre 1984, pieds et poings liés dans les eaux de la Vologne.

12h00: La garde à vue de trois membres de la famille Villemin, interpellés mercredi dans les Vosges, se poursuivait jeudi à Dijon, après un minutieux travail de relecture et d’analyse du dossier de l’affaire Grégory, parmi les plus énigmatiques et emblématiques des années 1980.

11h42: Mercredi, la section de recherches de la gendarmerie de Dijon avait placé en garde à vue Marcel Jacob, oncle maternel de Jean-Marie Villemin (le père du garçon tué en 1984), sa femme Jacqueline ainsi qu’une belle-sœur du père, Ginette Villemin.

Les enquêteurs devaient «entrer dans le dur» des interrogatoires jeudi, après avoir mis en place les auditions la veille, selon des sources proches du dossier qui soulignent que des perquisitions menées aux domiciles des suspects «sont considérées comme intéressantes».

11h30: A ses débuts, l’enquête a d’abord soupçonné Bernard Laroche, finalement remis en liberté le 4 février 1985 mais convaincu de sa culpabilité, Jean-Marie Villemin l’a tué d’un coup de fusil de chasse. Il sera condamné pour ce meurtre à 4 ans de prison en 1993.

En juillet 1985, le juge Jean-Michel Lambert opérait un spectaculaire revirement, portant ses soupçons vers la mère de Grégory, Christine Villemin, qui sera innocentée en 1993 au terme d’un non-lieu retentissant.

Le dossier, qui comporte 12.000 pièces, a été rouvert en 1999, puis en 2008, pour tenter de trouver d’hypothétiques traces d’ADN sur les scellés. Depuis, 400 prélèvements ont été effectués, une centaine de témoins ont été interrogés et près de 2.000 courriers anonymes ont été analysés en détail.

Source JMM

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article