L'amour est dans le pré : Carole, une éleveuse qui a du chien - Les Infos Videos
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

L'amour est dans le pré : Carole, une éleveuse qui a du chien

Même au téléphone, ce qui frappe, c'est son sourire, qu'elle transmet dans un joli tintement de voix. Carole, 48 ans, éleveuse de chiens saint-bernards dans les Alpes-Maritimes, est l'une des trois femmes parmi les agriculteurs qui participent à la 12e saison de « L'amour est dans le pré ». Dans le numéro diffusé lundi dernier, elle reçoit ses deux prétendants, Eric et Didier, chez elle, à 1 500 m d'altitude.
 
On est frappé par les images de la ferme où elle vit depuis huit ans et qui paraît si reculée. « Les gens pensent que je suis isolée, mais je ne suis qu'à une heure et quart de Nice. Et j'ai l'habitude. » Car Carole, maman de six enfants (elle a encore les trois plus jeunes chez elle une semaine sur deux) et déjà grand-mère, est une fille des hauteurs. « J'ai passé mon enfance en Savoie, j'aime la montagne. Mon ex-mari était berger, élevait des brebis, et c'est en cherchant un endroit pour les bêtes que nous nous sommes installés ici. Après, j'y suis restée, je m'y sens bien. C'est un petit paradis ici. Je ne me vois pas déménager. »
 
Côté compagnie, Carole est en réalité extrêmement entourée. « J'ai quatre chats, un chinchilla, une tortue, une poule, des oies, des ânes, des chevaux, des poneys. J'ai mes sept chevrettes en plus de mes chiens : ça fait quand même du monde ! Et puis ma famille n'est pas loin. Mais, pour les rencontres amoureuses, c'est plus difficile. »
 
C'est là que le programme de M 6 entre en jeu. « Je me souviens de la première saison, je ne pensais pas y être douze ans plus tard. J'ai toujours aimé car c'est sincère. Nous ne sommes pas des comédiens, les gens vivent leur vie. » C'est son entourage qui l'a poussée à s'inscrire. « J'y avais pensé avant mais je n'étais pas prête. Et puis, ma sœur et mes enfants ne voulaient pas que je reste seule, donc on a écrit la lettre de candidature ensemble. »
 
Lors de la réception des courriers de ses prétendants, la déception prend le dessus. « A l'ouverture des lettres, je n'ai pas eu de coup de cœur. Je me suis dit : Est-ce que j'arrête ou est-ce que je continue ? Comme c'est difficile de cerner les gens avec une lettre, autant aller les rencontrer. » Carole a donc participé à l'étape du speed dating à Paris. Et là, ce fut laborieux avec les hommes qu'elle avait sélectionnés. « Ils étaient hyper stressés ! Donc, là encore, je me suis demandé : Est-ce que je continue ou est-ce que j'arrête ? Et puis j'ai choisi Eric et Didier pour tenter de mieux les connaître. »
 
Une décision qui confirme son tempérament de croqueuse de la vie, qu'elle entretient depuis un grave accident de la route il y a vingt ans. « J'ai percuté un camion et ma ceinture a comprimé ma carotide. Pendant trois ans, j'ai vu un orthophoniste pour réapprendre à parler, à lire, à écrire. Mais j'avais la niaque, j'étais motivée. Après un tel accident, on réfléchit autrement. La vie, c'est un cadeau. On ne sait jamais ce qui peut arriver demain. »
 
Malgré son quotidien déjà bien rempli, Carole a décidé de partager son expérience dans une autobiographie. « Je le fais pour mes enfants, pour moi et pour donner de l'espoir à tous les gens qui ont eu un AVC. C'est un vrai défi parce que j'écris lentement et la nuit. Mais j'ai de l'énergie. »
 
Une énergie que l'on découvre au fil de son aventure dans « L'amour est dans le pré », au cours de laquelle elle promet des rebondissements jusqu'au bilan et même après. Carole se dit aujourd'hui heureuse et elle a gagné, au passage, une belle bande d'amis. « Avec les autres agriculteurs, on est devenus très proches. On s'appelle tout le temps, on va essayer de se retrouver tous les six mois. On s'adore, c'est génial. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article