Réforme du Code du travail : plus de 100.000 manifestants en France, selon la CGT - Les Infos Videos
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Infos Videos

Les Infos Videos

Le meilleur des Infos et des videos du moment. Retrouvez toutes les news 24h/24 et 7j/7.

Réforme du Code du travail : plus de 100.000 manifestants en France, selon la CGT

Les opposants à la réforme du Code du travail ont manifesté ce mardi en région et à Paris. La CGT a compté plus de 400.000 manifestants à travers le pays. Pour le gouvernement, ils étaient 223.000. Des heurts ont eu lieu, notamment à Paris, Lyon et Nantes. Treize personnes ont été arrêtées.
 
C'est la première mobilisation sociale du quinquennat d'Emmanuel Macron. Les opposants à la réforme du Code du travail ont manifesté ce mardi dans plusieurs villes en région et à Paris, à l'appel de la CGT, la FSU, Solidaires et l'Unef. D'après le ministère de l'Intérieur, 223.000 personnes ont manifesté dans toute la France. D'après la CGT, plus de 400.000 manifestants sont descendus dans la rue à travers le pays, a annoncé le leader du syndicat Philippe Martinez sur Europe 1. "C'est une première qui s'annonce réussie", avait estimé Philippe Martinez, au départ de la manifestation parisienne. Le ministère de l'Intérieur annonce par ailleurs ce mardi soir que treize personnes sont été interpellées dans le pays. La CGT a appelé à une autre journée de mobilisation le 21 septembre, à la veille de la présentation des ordonnances au Conseil des ministres.
 
D'après la préfecture de police de Paris, 24.000 personnes ont manifesté dans la capitale ce mardi. La CGT en a compté 60.000. Le cortège s'est élancé dans une ambiance festive de la place de la Bastille vers la place d'Italie, au son d'une fanfare animée par des forains, qui avaient perturbé la circulation dans toute l'Île-de-France pour défendre leur profession ce mardi matin. Parmi les manifestants, des personnalités politiques comme Benoît Hamon, ancien candidat du PS à la présidentielle, ou Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, ainsi que des députés insoumis, dont Alexis Corbière. Mais la tension est rapidement montée : des manifestants ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre, qui ont répliqué en faisant usage de gaz lacrymogènes et de canon à eau. La préfecture, qui a fait état de la présence dans le cortège de "300 personnes encagoulées", a rapporté "quelques dégradations" notamment de vitres et de panneaux publicitaires.
 
Le défilé lyonnais a été perturbé par une centaine de militants de la mouvance anarchiste et antifasciste, qui ont été isolés du reste des manifestants par la police. En marge de ces manifestations, dans le Rhône, l'échangeur de Givors a été complètement bloqué ce mardi matin, par une opération escargot des forains. Ils arboraient des t-shirts et des banderoles "Sauvez nos fêtes" et "Forains en colère", et manifestaient à l'appel de Marcel Campion, le "roi des forains". À Saint-Étienne, environ 3.000 personnes ont manifesté dans les rues de la ville, selon France Bleu Saint-Étienne Loire. A Roanne, environ 900 personnes ont manifesté. Ils étaient 1.300 dans les rues du Puy-en-Velay.
 
A Marseille, la préfecture a compté 7.500 manifestants, les organisateurs 60.000. Dans le cortège marseillais, le leader de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a promis de "faire reculer" le président de la République, car "ce pays ne veut pas du monde libéral". Dans les Bouches-du-Rhône, les forains ont également profité de la mobilisation contre la loi travail pour se faire entendre. Ce mardi matin, ils ont mené une opération escargot sur l'autoroute A7 entre les Pennes-Mirabeau et le Vieux-Port à Marseille, provoquant plusieurs kilomètres de ralentissement. A Nice, la CGT a salué une mobilisation comme la ville n'en a pas connu depuis 2006 et la contestation du contrat première embauche. A Montpellier, plus de 2.000 personnes se sont mobilisées dans le centre historique de la ville.A Perpignan, 3.000 personnes ont manifesté selon la police. Contrairement à de nombreux départements, le syndicat Force ouvrière a rejoint le défilé initié par la CGT, la FSU, Sud et Solidaires.
 
A Rennes, les manifestants étaient 4.800 selon la préfecture, 10.000 selon la CGT.
 
À Nantes, entre 6.200 personnes selon la police et 15.000, selon les organisateurs, ont défilé. Des heurts ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre. La police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui leur lançaient des projectiles. les murs de la préfecture ont été tagués par de manifestants. Plusieurs vitrines ont également été prises pour cible par des casseurs.
 
A Laval, 800 personnes ont défilé dans les rues de la ville, selon France Bleu Mayenne.
 
A Bordeaux, les manifestants étaient 12.000 selon les organisateurs, et plus de 4.800 selon la préfecture.
 
À Toulouse, entre 8.000 et 16.000 personnes, selon les sources, ont battu le pavé. Selon France Bleu Toulouse, au moins 10.000 personnes ont manifesté.
 
A Bayonne, les manifestants étaient entre 2.000 selon la police, et 4.000 selon les organisateurs. À Mont-de-Marsan, le défilé a compté environ 700 personnes. Dans les rues de Périgueux, ils étaient plus de 1.500. Dans la manifestation périgourdine, beaucoup de drapeaux de la CGT, mais aussi beaucoup de retraités, qui dénoncent l'effort que leur demande le gouvernement suite à la hausse de la CSG.
 
A Pau, les manifestants étaient 1.800 selon les autorités, et "au moins 3.000" selon les syndicats.
 
Selon les organisateurs, près de 2.000 personnes ont manifesté à Strasbourg. Les forains ont également profité de la manifestation strasbourgeoise pour faire entendre leurs revendications : ils ont organisé une opération escargot qui occasionne de gros bouchons sur l'A4.
 
À Tours, les manifestants étaient entre 3.600 selon la police, 5.000 selon les organisateurs. Si la plupart des drapeaux étaient à l'effigie de la CGT, France Bleu Touraine a pu constater que plusieurs centaines de manifestants ont défilé sous des bannières FO, dont l'union départementale avait appelé à manifester ce mardi. À Orléans, la CGT, revendique près de 4.000 personnes dans les rues de la ville, alors que la police en a compté un peu moins de 2.500.
 
Les opposants à la réforme du Code du travail étaient 4.000 à défiler dans les rues de Clermont-Ferrand, d'après France Bleu Pays d'Auvergne. Les trois quarts du cortège étaient composés de sympathisants de la CGT. Derrière, les syndicats SUD, Solidaires, Unef et FO fermaient la marche.
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article